Skip links

Savoir dire « Non » pour être plus heureux au travail

Votre liste de tâches est bien remplie, et vous croulez sous le travail. Pourtant, quand votre patron ou collègue arrive avec une nouvelle demande… vous l’acceptez sans dire un mot 🤔

Résultat ? Vous êtes débordé, et vous êtes épuisé nerveusement et physiquement.

Vous en arrivez à vouloir changer de travail, mais… le problème ne vient pas de votre travail.

Analysons ce qui ce passe quand vous acceptez trop de tâches, et pourquoi vous faites cela malgré les impacts négatifs sur votre bien-être.

Les conséquences de ne pas savoir dire « Non »

Être débordé et se sentir fatigué ne sont que deux des conséquences de ne pas savoir dire non et d’accepter trop de tâches, mais il y en a bien d’autres.

Comme vous avez vous-même accepté cette surcharge de travail, vous pouvez vous sentir frustré et en colère envers vous-même.

De ce fait, vous avez l’impression de tout subir, car vous pensez que vous n’avez pas vraiment eu le choix de refuser…

En voulant réaliser trop de tâches en même temps, la qualité de votre travail baisse, et votre confiance en vous diminue, ce qui fait encore plus baisser vos performances.

Vous n’avez plus de plaisir dans ce que vous faites, et votre motivation est en baisse, car il y a trop de choses à faire, et il devient difficile de faire du bon travail dans ces conditions.

Attention, cette situation peut conduire de nombreuses personnes au burnout (épuisement professionnel), même les personnes de bonne volonté ou qui veulent aider tout le monde.

Toutes ces raisons vous donnent envie de changer de travail. Mais n’oubliez pas que la raison pour laquelle vous êtes dans cette situation est que vous avez accepté toutes ces tâches, et qu’elle risque de se reproduire dans une autre société.

Il convient donc de comprendre pourquoi elle se produit, et d’appendre à dire non quand cela est nécessaire !

Pourquoi vous acceptez des tâches même si elles ont un impact négatif sur vous

Dans le milieu professionnel, une cause importante qui peut vous pousser à accepter trop de tâches est la peur de l’autorité. En effet, que va penser votre patron si vous refusez une tâche ? Vous risquez certainement d’être mal vu… sauf que si vous acceptez trop de tâches et faites du travail de moins bonne qualité, c’est cela qui pourrait vous conduire à avoir de moins bonnes évaluations !

On vous apprend aussi depuis votre enfance à être gentil et à donner une bonne image aux autres. Il est difficile de dire non car cela va à l’encontre de ce que l’on vous a appris. Mais si aider les gens part d’un bon sentiment, cela ne doit pas se faire à vos dépens et mettre votre bien-être en péril.

Bien souvent, vous avez une bonne raison de dire non, mais vous avez peur de vous justifier, ou bien vous avez peur de ce que les gens vont penser. Que vont penser les gens si je dis non… ils risquent de ne plus m’aimer ou d’être déçus… et si je leur explique pourquoi, ils vont penser que je n’arrive pas à gérer mes tâches… ce ne sont que des suppositions, mais si vous délivrez un travail de mauvaise qualité, ils vont réellement le penser.

Vous aurez également tendance à tout accepter si votre rôle ou si vos objectifs ne sont pas clairement définis. Dans ce cas, il est difficile de savoir si on peut refuser une tâche, et aussi de prioritiser ses tâches, ce qui peut rapidement conduire à l’épuisement.

Apprendre à dire « Non » pour être heureux au travail

Inutile de préciser que toutes ces peurs sont infondées, et qu’accepter trop de travail peut conduire à une situation bien pire que si vous aviez dit non.

Et donc, il suffit de dire « Non » pour éviter d’être débordé ? Facile à dire…

Si votre patron arrive avec une tâche qui est très importante pour lui, et que vous dites simplement non, cela risque de ne pas bien se passer.

Il faut avoir le courage de dire non, mais au bon moment, et en y mettant la forme.

Pour savoir si vous pouvez dire non à une tâche, la première étape est de savoir est si elle fait partie de vos attributions, et donc d’avoir une vue claire de ce que l’on attend de vous. Si vous savez qu’une demande ne rentre pas dans vos attributions, vous pourrez plus facilement y dire non.

Certaines tâches qui ne font pas partie de vos attributions peuvent représenter des opportunités pour vous (aide d’un collègue, se faire bien voir de son patron…), mais n’oubliez pas qu’en les acceptant, vous mettez peut-être d’autres tâches en danger. En y disant non, vous vous assurez que vous saurez réaliser vos propres tâches avec qualité et dans les délais requis.

Ensuite, ce n’est pas parce qu’une tâche fait partie de vos attributions qu’il faut d’office l’accepter. Si vous avez d’autres priorités en ce moment, ou si vous êtes déjà débordé, elle peut avoir un impact négatif sur vous, et il est important de comprendre son impact. Que va-t-il se passer si vous êtes débordé, mais que vous acceptez quand même la tâche ?

Une fois que vous avez décidé de dire « Non », il faut aussi savoir l’expliquer. Un refus sans explication cohérente vous fera passer pour quelqu’un de négatif, même si le refus est justifié.

En inventant une raison, vous risquez d’ouvrir la porte à des contre-arguments que vous ne saurez alors pas parer. Bien souvent, la franchise sera de mise, et en expliquant que vous avez trop de travail, vos interlocuteurs le comprendront sans difficulté.

Cela ne veut pas dire que votre interlocuteur n’insistera pas. Mais dans ce cas, si vous décidez de quand même accepter se demande, il est important qu’il comprenne les répercussions.

Par exemple : « Ok, je peux m’occuper du dossier A aujourd’hui, mais comme je te l’ai dit, j’ai déjà trop de tâches, et je ne saurai pas m’occuper des dossiers B et C. Est-ce ok pour toi ? ».

Cela permettra par la même occasion de valider vos nouvelles priorités, et le déroulement de votre journée sera alors plus clair et moins stressant.

Enfin, en disant non à une demande, vous devez comprendre que votre interlocuteur reste avec son problème sur les bras. Si vous le laissez sans solution, il repartira frustré, même s’il comprend que vous avez trop de travail. Vous pouvez alors l’aider en l’aiguillant vers une autre solution.

Par exemple, en lui conseillant une autre personne, ou en indiquant quand vous pouvez l’aider : « Aujourd’hui, je dois absolument travailler sur les dossiers A et B, mais je peux t’aider demain. Est-ce que ça te convient ? ».

Vous savez maintenant quand et comment dire non. Exercez-vous ! En pratiquant le « Non », vous vous rendrez compte que cela fonctionne et vous vous sentirez de plus en plus à l’aise pour l’utiliser. N’en abusez pas, concentrez-vous sur ce qui est important pour vous, et évitez les tâches qui ne vous concernent pas et qui ne vous apportent aucun bénéfice. Vous n’en serez que plus heureux à votre travail.

Et n’oubliez pas que le travail n’est qu’une partie de votre vie. Pour être heureux dans les autres domaines de votre vie, n’hésitez pas à lire mes livres recommandés.

Illustration de l’article par Kai Pilger sur Unsplash